Mme la Ministre Christine Boutin, en visite à la FAU

Publié le par Pauline Pauliste

   João Witaker, prof à la FAU et parfaitement bilingue français / brésilien, nous a convié à une conférence donnée pour la ministre du logement Mme Boutin. Jeudi dernier donc, à 17h, Mme Boutin et sa délégation, -une vingtaine  de personnes - débarquent à la FAU pour une réunion où le prof va expliquer la situation du logement au Brésil. La conférence était extrêmement claire, synthétique, et passionnante!!
   Cécile,  je ne sais plus comment, et moi avons été présentées à la ministre, nous avons échangé quelques mots pour expliquer ce que nous faisions là, et notre intérêt pour le Brésil... Après 2h de conférence, ils étaient épuisés par le décalage horaire, ils nous ont salués et sont partis!!

Quelques informations intéressantes :

- Le problème de logement au Brésil est un problème de terrain urbanisable en périphérie des grandes villes.
- L'accroissement soudain de la population urbaine, s'est fait au début du 19ème siècle, la culture du café a pris fin et les esclaves sont venus en ville pour trouver du travail.
- En 1896 apparait le nom de favelas. A l'époque ce sont les militaires qui revenaient du nord qui se sont installés à Rio dans des baraquements sur les falaises. Là poussait une plante appelée Favele, ils sont donc devenus les habitants des favelas.
- Le Brésil est le 10ème pays le plus riche au monde. Au Brésil, 1% de la population possède 15% des richesses, 10% possèdent 70% des richesses, 20% en possèdent 80, et 30% en possèdent 90. 70% de la population possèdent donc 10% des richesses... Conclusion, les riches Brésiliens sont très riches, 150 fois plus que les pauvres Alors qu'en France, les riches ne sont que 25 fois plus riches que les pauvres... ... En cela, le Brésil est un des pays au monde où les contrastes sociaux sont les plus grands.
-  1 300 000 personnes vivent en favelas à São Paulo, et le Brésil a plus de 2 600 000 logements en déficit.
- Avoir des favelas est une volonté cachée du pays, une main-d'oeuvre mal logée et sans éducation ne coûtent pas cher. Aujourd'hui le Brésil a besoin de cette main d'oeuvre!
- Ou la ville construit des infrastructures pour un public riche - genre un pont réservé aux voitures qui coûte 150 000 000R$ dans le quartier riche de la ville - La mairie donne 1500R$ aux familles pour qu'elles partent en périphérie ou 4000R$ pour qu'elles aillent dans le nord du Brésil.
- Les favelas sont comme des villes inconnues, elles s'installent, sans équipement ni infrastructure, sans mairie... C'est le trafic de drogue qui apparaît et qui gouverne. Ils existent même des entreprises officielles qui distribuent l'électricité illicitement, ainsi que l'internet et la tv avec câble aux habitants des favelas. Ils piquent sur des réseaux existant, rebranchent dans les baraquements et font ensuite payer des taxes tous les mois pour le maintien du service!!!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Karim 30/04/2009 19:51

C'est un cours d'histoire/géo en fait.
En toute objectivité, elle bosse plus à l'étranger qu'en France la ministre?